Vivre et travailler ensemble

Comment vivre et travailler ensemble ?

 

Se rencontrer sur son lieu de travail, sortir avec un collègue, son patron, monter une entreprise ensemble peuvent être des configurations qui peuvent mettre à mal une relation de couple.

Comment trouver et/ou garder sa place de « conjoint » quand on occupe également celle de « collègue » ? Comment allier vie privée et vie professionnelle sans qu’une instance soit davantage privilégiée ?

Nous allons tenter de développer ces questions, car nombreux sont les individus qui arrivent en thérapie parce qu’ils ne parviennent plus à trouver le juste équilibre et que leur place dans l’une ou l’autre instance est mise à mal.

Pourquoi choisir un conjoint sur son espace professionnel ?

 

 

En 1964, Alain Gérard publie une enquête qu’il a réalisée pour le compte de l’INED (L’Institut National des Etudes Démographiques). Il résulte de cette enquête que selon lui : n’importe qui n’épouse pas n’importe qui et qui se ressemble s’assemble. Cette affirmation est bien entendu à prendre avec des pincettes puisque notre société a considérablement évolué depuis. Cependant, différentes études sociologiques du couple montrent que plus souvent les personnes se choisissent consciemment ou non par rapport à leur catégorie sociale.

Ainsi, il semblerait que les artisans se marient ensemble, les ingénieurs avec des ingénieurs, les professions libérales avec les professions libérales, les ouvriers avec les ouvriers, etc.

Quant à l’homogamie professionnelle (être en couple avec une personne de la même catégorie professionnelle), elle ne semble pas être un élément fondamental déterminant. Cela semble moins discriminant que le revenu, les affinités culturelles et la position sociale. L’idéal amoureux, mis en scène dans les feuilletons et les romans, se veut libre de toute prédéfinition du futur conjoint : les princes charmants doivent pouvoir épouser les bergères. Il est exact que rares sont ceux et celles qui se laissent totalement bercer par cet idéal. En effet, s’agissant de l’homogamie professionnelle, elle apporte une certaine sécurité quant à la compréhension que les partenaires peuvent avoir l’un de l’autre.

On passe plus de la moitié de notre temps au travail, être avec une personne qui connait notre milieu professionnel sera plus à même à comprendre notre passion, mais aussi nos contraintes et obligations.

Cependant, l’amour au bureau reste un exercice à haut risque. Même si les deux partenaires sont pleins d’amour l’un pour l’autre et qu’ils ont l’impression de se comprendre dans ce domaine. Il existe bien souvent des tensions.

 

Comment prévenir et gérer les tensions ?

 

 

L’un des maîtres mots est la communication ! Se parler ne signifie pas forcément communiquer. Il existe plusieurs formes de communication que nous prendrons le temps d’aborder dans un prochain article.

Communiquer est avant tout une interaction pouvant se traduire par le regard, les gestes, les paroles, mais aussi le touché physique. Pour prévenir les crises que peut engendrer le travail à deux, il apparait essentiel pour pouvoir communiquer efficacement de connaître le mode de communication de son partenaire, de pouvoir s’y adapter et l’adapter également à son propre mode communicationnel.  La communication et la connaissance de l’autre permettront de pouvoir se dire les choses (même déplaisante) de manière adaptée et dans le lieu adapté (faire des critiques liés au travail sur le lieu de travail et celles liées à la vie de couple et/ou de famille à la maison par exemple). Il apparait donc essentiel également de savoir se parler juste avec un regard ou un geste (oui c’est possible) cela permet de faire part de son désaccord dans un code propre au couple et ce, de manière « non-violence »

Au travail, ne parlez que travail :

 

 

Après une nuit torride ou au contraire des conflits à la maison. Il est difficile de se retrouver au travail en faisant abstraction des évènements antérieurs du couple. Cela peut donner l’impression de jouer un rôle. En effet, au travail même en couple chacun à un rôle qui lui est propre, il est donc essentiel de faire la part des choses entre ce qui se passe au domicile et au travail. Ainsi, pour ne pas perturber ni envahir l’espace professionnel, au travail, il est nécessaire de prendre sur soi pour ne parler que travail. Et ce, de manière adaptée, constructive et productive. Ce qui implique qu’il est nécessaire de s’adresser à l’autre comme à un collègue /collaborateur/patron avec respect et bienveillance.

Conseil :

Ce qui se passe sur l’oreiller reste sur l’oreiller ;-)

Le respect et la bienveillance de l’autre sont primordiaux, et ce, quelle que soit la position hiérarchique occupée par l’un des partenaires. Par ailleurs, les statuts de chacun au travail doivent être claires et les tâches clairement répartis.

Conseil :

-sa façon de travailler ne vous plaît pas ? Faites-le lui savoir via un mode de communication positif ; il est important de ne pas garder les désaccords pour soi, cela pourrait conduire à une crise. Apprenez à connaître votre partenaire afin de trouver la meilleure manière de vous adresser à lui sans qu’il ne se sente heurté. Votre conjoint et collaborateur a des qualités professionnelles que vous devez valoriser.

N’oubliez pas qu’il est important de rester professionnel

Faites-vous confiance (à tous les niveaux)  

 

Concilier travail et vie personnelle

 

 

Le couple doit toujours passer avant tout,  il est la première entreprise. Pour les couples qui ont construit leur propre société, il est nécessaire de ne pas oublier que la solidité du couple garantira la solidité de l’entreprise.  Le contraire n’est pas vrai.

À la maison, il va de soi que parler travail n’est pas forcément nécessaire ni productif. Regus, fournisseur mondial d’espaces de travail flexibles, a réalisé une enquête internationale sur les journées de travail des salariés. Cette étude affirme que 46% des Français emportent du travail à leur domicile plus de trois fois par semaine pour le terminer le soir, contre 43% au niveau international.

Partager sa vie professionnelle (même si on adore son travail) et sa vie privée est une tâche extrêmement difficile de manière générale. Alors passer 24/24h ensemble avec du travail à tous les étages peut s’avérer très dangereux pour l’équilibre familial. Il est donc nécessaire de se mettre d’accord dès le début sur le temps accordé au travail et faire en sorte que cela conviennent à chacun.


Conseil :

 Fixez-vous des horaires précis !

 

 

Se répartir les tâches à la maison

 

 

Chacun est fatigué par les semaines éreintantes au boulot. Il est donc important  de s’accorder sur l’exercice des travaux domestiques en plus des heures de travail. Cela peut créer des tensions, néfastes pour le couple et pour l’entente en général, tensions qui peuvent se poursuivre au travail. Il est donc important de  se mettre en accord dès le début de la double cohabitation. (Qui récupère les enfants, qui fait la cuisine, le ménage, la lessive ? Et ce bien entendu en congruence avec chacun).

 

L’importance des moments à deux

 

 

Passer la majeure partie du temps ensemble sans se voir ? C’est possible, car ce n’est pas parce qu’il y a du temps passé ensemble au travail ou à la maison que ce temps est forcément qualitatif. D’où l’importance de ne pas oublier de s’accorder des moments d’intimité à deux (sorties et câlins à volonté). Les moments à deux permettront de couper du quotidien et se redécouvrir chacun différemment. Bien entendu lors de ces temps il est inutile de préciser que parler travail doit être interdit et/ou limité ; tout comme aborder la répartition des tâches ménagères, etc.

Conseil :

Privilégiez les moments de qualité avec légèreté

 

La cohabitation 24/24 heures peut amplifier les difficultés au sein d’une instance comme de l’autre, ainsi chacun doit pouvoir faire un travail sur soi pour comprendre son/ses comportements afin d’être en capacité d’agir dessus et impulser le changement.

Chez conseil et thérapie, j’aime à dire : « comprenez, agissez et améliorez vos relations » et n’oublions pas que la première relation est la relation à soi.

 

 

 

Dorine NKODIA

psychopraticienne,

thérapeute de couple